• Shokuzai (贖罪?, littéralement « pénitence ») est une mini-série japonaise en cinq épisodes, créée et réalisée par Kiyoshi Kurosawa

    Shokuzai

    Adaptée du roman homonyme de Kanae Minato, la mini-série a été remontée sous la forme d'un long-métrage en deux parties, intitulées respectivement Shokuzai - Celles qui voulaient se souvenir et Shokuzai - Celles qui voulaient oublier. Le premier film réunit les deux premiers épisodes, et le second les trois derniers. Les deux parties ont été présentées à la Mostra de Venise 2012 avant une sortie en salles.   

     

    Une fillette, la petite Emili, nouvellement arrivée dans une école, se lie d'amitié avec quatre autres. Un jour, alors qu'elles jouent ensemble dans la cour, un homme arrive en se présentant comme un ouvrier qui travaille dans l'école ; il dit avoir besoin d'aide pour accomplir une tâche et demande à Emili de lui prêter assistance. Alors que les quatre amies d'Emili l'attendent, l'homme viole et tue la fillette dans le gymnase de l'école. Sous le choc, les quatre enfants sont toutes incapables de se souvenir du visage de l'assassin. La mère d'Emili leur reproche la mort de sa fille : elle déclare aux quatre écolières qu'elle pensera désormais à elles quotidiennement et les condamne à la « pénitence » tant qu'elles n'auront pas expié leur faute ou aidé à retrouver le coupable.

    Quinze ans plus tard, l'assassin n'a toujours pas été identifié. Les quatre camarades d'Emili restent profondément marquées, chacune à sa manière, par cet épisode de leur enfance : bien que leurs parcours soient très différents, aucune n'a réussi à surmonter ce traumatisme ni à vivre des rapports normaux et sereins avec les gens qui l'entourent. les deux films  racontent chacun l'histoire de l'une des jeunes femmes, qui interagissent toutes d'une façon ou d'une autre avec la mère de la victime. la derniére partie du second   film est centré autour de la mère d'Emili et de la résolution de l'énigme.

     

    Shokuzai

    mon avis : un film qui peux mettre certains mal à l'aise .  C'est un film japonais déroutant , lent en rythme pas tout public 

    à découvrir 


    8 commentaires
  • la dame de shanghai Synopsis et détails

     

    A Cuba, Michael, marin irlandais en quête d'un emploi, sauve d'une agression une jeune femme, Elsa. Le mari d'Elsa, avocat célèbre, offre à Michael d'embarquer sur son yacht pour une croisière vers San Francisco. Elsa et Michael tombent amoureux et Grisby, l'associé de Bannister, s’aperçoit de cet amour. Il veut disparaître et propose à Michael 5000 dollars pour signer un papier dans lequel il confesse l'avoir tué.

    source allo cinéma 

    la dame de shanghai

    la dame de shanghai

    la dame de shanghai

    mon avis : un film complexe ,fascinant , noir   . Orson Welles critique  hollywood plus precissement les producteurs  par les personnages du clan Bannister qu'il comparé a des requins .

    il est aussi le cadeau d'adieu d'Orson Welles à sa femme Rita Hayworth qui entamera un procédure de divorce au moment du tournage du film . Il détruisit le mythe de Gilda film qui avait rendus populaire  en lui faisant coupe ses cheveux et teinant  sa chevelure rousse  pour en  faire une blonde platine

    à voir pour la scène culte de fin du film dans un palais labyrinthe de miroirs  reprise dans de nombreux film mais jamais égaler  comme dans le film de Woody Allen Meurtre mystérieux Manhattan 

    Un film qu'on aimera ou détestera à  voir.

     

    la dame de shanghai la dame de shanghai

    la dame de shanghai

     


    votre commentaire
  •  

    .La Vague (Die Welle) est un film allemand réalisé par Dennis Gansel en 2008 et librement inspiré de « La Troisième Vague », étude expérimentale d'un régime autocratique, menée par le professeur d’histoire Ron Jones avec des élèves de première de l'école secondaire Cubberley à Palo Alto (Californie) pendant la première semaine d’avril 1967.

    la vague

    Synopsis et détails

     

    En Allemagne, aujourd'hui. Dans le cadre d'un atelier, un professeur de lycée propose à ses élèves une expérience visant à leur expliquer le fonctionnement d'un régime totalitaire. Commence alors un jeu de rôle grandeur nature, dont les conséquences vont s'avérer tragiques

     

    Une histoire vraie

    Le professeur d'histoire Ron Jones a réellement existé et l'expérience qu'il a pratiquée a concrètement eu les effets mis en scène dans le film. Inspiré du fait réel, La vague est également un roman de Todd Strasser et un classique de la littérature de jeunesse, au programme de nombreuses écoles allemandes depuis vingt ans. L'adaptation de Dennis Gansel a de même connu un très grand succès outre-rhin.

     

    source allo cinéma et wikkipédia 

    mon avis  : un film qui traite d'un sujet tabous avec beaucoup de subtillité .

    le faites que le fim soit inspiré par un fait divers le rend plus effrayant 

    un film que vous recommande de voir 


    4 commentaires
  •  

    Adolescente tourmentée, Luca, 16 ans, a fomenté une tuerie dans son lycée en Allemagne et tiré froidement sur son professeur, Anna Nagel, ainsi que sur une camarade de classe. Un an après, alors que s'ouvre son procès, ni ses parents, ni son seul ami, Julius, ne s'expliquent son geste, mais tous en conçoivent une sourde culpabilité. Luca risque dix ans de prison, et son père des poursuites judiciaires pour homicide involontaire, car l'adolescente a utilisé son fusil de chasse. Face à la famille effondrée de Luca, celle de la victime est tout aussi bouleversée : en état de choc, le mari de l'enseignante s'enferme dans le chagrin tandis que Nadine, la fille aînée du couple, tente entre deux joints de s'occuper de son petit frère Andreas.

    Désespoir contenu

    SANS RAISON AUCUNE

    Julius Hofer (Jannis Niewöhner) et Luca Reich (Gloria Endres de Oliveira)

    Avec une infinie délicatesse, la caméra de la réalisatrice allemande Aelrun Goette, qui a souvent abordé les troubles psychiatriques, sonde la douleur indicible des familles ravagées par des pourquoi sans réponse. Comment les parents d'une enfant meurtrière peuvent-ils surmonter leur culpabilité ? Comment renouer avec la vie, quand l'amour a été mutilé ? Sans pathos ni surenchère, le film emprunte un parcours émaillé de silences. Dans le rôle du mari accablé d'Anna, Rainer Bock est bouleversant de désespoir contenu. Quant à Maurizio Magno, il incarne avec une justesse désarmante le petit garçon perdu, confronté à l'absence d'une mère. Un drame poignant sur les difficultés de communiquer dans le couple, la famille, à l’école ou encore entre générations pour un sujet brûlant d'actualité. source arte tv 

     

    SANS RAISON AUCUNE

    Katharina Reich (Margarita Broich) trouve le journal intime de sa fille Luca.

    à noter la présence d' Isolda Dychauk connut pour son rôle de lucréce Borgia dans Borgia  et le film faust 

     

    SANS RAISON AUCUNE

     

    mon avis  le rythme  est assez lent , il parle plus des conséquences des actes de lucas sur sa famille ,la famille de la victime et son meilleur ami que tu pourquoi de la tuerie 


    22 commentaires
  • Tombée entre les griffes d'un réseau de prostitution, la jeune Zara se réfugie auprès d'une vieille dame, elle aussi marquée par la violence masculine...

    Un thriller doublé d’un mélodrame d’une noirceur sans concession, adapté du roman multiprimé de Sofi Oksanen. 

     

    Zara, jeune mineure, part vers l'ouest de l’Estonie, en croyant qu'une place d'employée d'hôtel l'attend. Elle tombe en fait dans les filets d'un réseau de prostitution russe. Battue et violée, elle arpente bientôt les trottoirs des zones industrielles. Une nuit, Aliide, une vieille femme vivant recluse à la campagne, la découvre, gisant sans connaissance devant chez elle, et lui ouvre sa porte. D'abord méfiantes, les deux femmes apprennent qu'elles ont en commun la violence infligée par les hommes. Pendant l'occupation soviétique, Aliide, elle aussi, a consenti à nombre de sacrifices pour survivre. Mais le temps est compté : la mafia russe a pris Zara en chasse.

    Histoire sanglante

    Le réalisateur finlandais Antti Jokinen adapte avec un réalisme cru le roman multiprimé – il a notamment obtenu le Fémina étranger en 2010 – de sa compatriote Sofi Oksanen, plongée incisive et d'une rare violence dans les exactions commises en Estonie au cours des dernières décennies. À travers la relation et les épreuves de ses deux héroïnes, le film retrace l’histoire récente, éclaboussée de sang, de l'Estonie, depuis l’occupation soviétique, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à un présent rongé par les mafias russes. Naviguant entre passé et présent et adoptant le parti-pris de ne jamais détourner les yeux de la souffrance, le cinéaste signe un thriller doublé d’un mélodrame d’une noirceur sans concession.

     mon avis un film très sombre et avec des passages d'une violence crue  à travers le destin deux femmes brisées par les hommes , un film plutôt pour un  public avertis certaine passages sont très violent 

     

    Sofi Oksanen est une écrivaine finlandaise, née à Jyväskylä le 7 janvier 1977. Son troisième roman, Puhdistus (Purge), qui a reçu de nombreux prix en Finlande, l'a fait connaitre en France, où il a également été primé avec le prix Fémina du livre étranger et le prix du roman FNAC .

    source Arte Film et Wikipédia 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique