• Chapitre 13 : Le soleil et la Lune

    Chapitre 13 :  Le soleil et la Lune 

                         

     

    Terry arriva en colère chez lui, il avait fait ses valises et prit le premier bateau pour aller voir son père.Mais avant de partit Terry laissa un message sur la boite vocale de sa futuré épouse .

    Terry pensa "Je ne  peux pas  épousé Flanny si je connais pas la vérité ,je veux que père ne dise de vive voix "

    Il partit prêt a confronté son paternel .

     

     

     

    Flanny rentrée chez elle coucha son fils dans son lit en essayant de ne pas le réveiller. Elle s'était fait une amie Eléonore et partageait la même situation , celle d'élever un enfant seul .

     

     

     

    Sarah dans son laboratoire secret souterrain étudiait le problème. Et de colère, elle jeta un vase en cristal sur le mur, ce qui fit s'actionner un mécanisme lui donnant accès à une pièce secrète, celle de sa démoniaque ancêtre de sorcière. Elle trouva un de ses anciens journaux intimes qu’elle avait écrit avant sa mort. Et fut stupéfaite d'apprendre que certaines personnes étaient immunisées par le poison qu’elle avait utilisé sur Albert et Candy. À vouloir jouer la sécurité Sarah avait rendu son poison inefficace. Mais comment aurait-elle pu savoir qu'ils seraient immunisés contre son poison?

     

     

     

    Richard se replongeait dans ses vieux souvenirs, la duchesse étant partie, il pouvait souffler un peu. Lui qui possédait jadis une magnifique chevelure brune avait mystérieusement blanchi au contact de sa femme. Il la haïssait plus que tout au monde la trouvant d'une stupidité incroyable.

     

    Il avait craint sa colère si elle avait découvert qu'il avait revu Eléonore Baker il y a cinq ans de ça.

     

     

    Albert se trouva allongé sur le sol souffrant d'un terrible mal de crâne. Il voyait tout tourner autour de lui, les aiguilles tournant autour de lui. Des formes mystérieuses lui apparurent et une petite fille le guida vers la sortie. Il se trouva dans un monde qui lui était inconnu. Déboussolé, il errait dans ce monde hostile. Les gens n'étaient guère sympathiques, il ne trouva aucune aide, ni personne pour le conseiller.

     

     

     

    Flanny fut appelée en toute urgence à l'hôpital car son patient John Doe semblait s'agiter et faisait des crises de convulsions, de causes qui étaient inconnues pour la plupart des médecins. Et il était retombé dans le coma. Elle appela sa nouvelle amie qui pouvait accueillir Oliver chez elle.

     

     

    Candy qui se sentait toujours mal se réveilla dans un endroit sombre et noir, chaud et humide. Il y avait de la vapeur et des lumières la guidant pour sortir de ce sordide lieu. Elle se retrouva dehors, la brume l'empêchant de voir davantage. Elle se demanda où elle se trouvait bien, et où se trouvait son très cher Albert, l'amour de sa vie.

     

     

     

    Dans New World le temps changea et une tempête s’annonça, les habitants se calfeutraient chez eux.

     

    Flanny qui dans sa voiture chantait à tue-tête pour se réveiller, Bonnie Tyler "Total eclipse of the heart" et après "All by myself" * P.S. la pluie n' est pas  due au fait que Flanny chante faux?  Bref C’est à vous de voir.

     

    Mais une pluie diluvienne s'abattait et Flanny ne put s'empêcher de renverser l'inconnu qui traversait la route. Elle lui donna les premiers soins et l'emmena d'urgence à l'hôpital celui où elle travaillait. La santé de son patient lui importait plus que sa réputation.

     

    Flanny ne remarqua pas l'incroyable beauté de la personne qu'elle venait de renverser.

     

     

     

    Richard se remémora les jours heureux avec Eléonore et Terry enfant. Et aussi la manière cruelle que son père avait rejeté son mariage. Il lui montra des photos d'Eléonore en compagnie de Robert Hathaway sur certaines ils  s’embrassaient et avaient l’air très complices. C’était en réalité des photos montages très bien faites car un œil non expert ne pouvait voir le trucage.

     

    C'est meurtri dans son cœur qu'il la quitta du jour au lendemain sans aucun remord, s'être fait avoir comme un pigeon, lui qui avait cru à ses paroles d'amour fut meurtri de penser que ce n'était finalement que des mensonges. Il se résolut à épouser une femme de sa condition sociale . Une anglaise pure souche et de bon pédigrée lui fut présentée. Elle peinait à trouver un mari digne de ce nom.

    Il accepta finalement le mariage avec Millicente de Darkbaster à la seule condition que son fils Terrence hérite du titre de duc, malgré toute sa haine contre Eléonore, il adorait son fils.

     

     

     

    Mlle Pony assise sur sa chaise berçante, dit à Sœur Maria,

     

    - Ne vous inquiétez pas, très chère. Tout va bien se passer, il ne va rien arriver de grave à Candy, elle est en sécurité là où elle se trouve.

     

    - J'aurais préféré être là pour veiller sur elle.

     

    - Je lui ai mis mon talisman dans son sac, ma croix qui la guidera vers les personnes qui pourront l'aider.

     

    - Mais la prophétie?

     

    - Nous ne sommes pas certaines de ce qui y est écrit. Laissons Candy. Elle seule trouvera la lumière pour réunifier les deux royaumes comme il en était il y a plus de quatre siècles... Séparés à cause d'une querelle entre deux familles nobles, c'est ce que m'a raconté mon arrière-grand-mère.

     

    Terry sur le quai du Mauritania III regardait au loin la ville illuminée et repensait à sa mère qui l'avait encore repoussé.

     

     

     

    Flanny arriva à l’urgence de l'hôpital pour emmener l'inconnu en soins intensifs. Par chance, Nathalie et Judith étaient de service cette nuit.

     

     

     

     

    Candy aperçut une ombre et crut que c'était Albert. Elle lui cria,

     

    - Albert! Mon amour! Tu es là? Tu n'es pas mort?

     

    Albert ne lui répondit pas.

     

     

     

    Nathalie aidait à trouver dans les affaires de l'homme que Flanny avait renversé. Elle passait son temps à rêver du jour où elle rencontrerait le prince charmant. Elle regarda le jeune homme attentivement et le trouvait d'une incroyable beauté et chuchota à Judith:

     

    - Bon sang qu'il est beau ! C'est du bonbon pour les yeux ! Si tu cherches « magnifique » dans le dictionnaire, y'a pas de définition, y'a juste sa photo !  dialogue tiré de l'épisode 12 de la parodie de Saint de seya de State Alchimist.

     

    - Nathalie, calme toi.

     

    - T'es jalouse de notre amour, j’espère qu'il est célibataire, moi en tout cas, je le veux bien.

     

    - Nathalie rêve pas trop, il porte une alliance sur son doigt.

     

    - C'est peut-être pour faire genre, il est marié mais seul pour éviter de se faire harceler par les femmes.

     

    - Tu dis m'importe quoi! Arrête de fumer la moquette de la salle de garde!

     

    - T'es juste jalouse, moi j'ai peut-être rencontré l'homme de ma vie, et je pourrais dire adieu à notre club de filles célibataires.

     

    - Ça m’étonnerait qu'un homme de cette classe sorte avec des filles comme nous.

     

    Nathalie et Judith n'étaient pas ce qu'on appelait des canons de beauté, mais avaient bon cœur et étaient d'une grande fidélité en amour et en amitié, pas le genre frivoles.

     

     

    Chapitre 13 : Le soleil et la Lune

     

     

    Terry repensait à sa mère et des larmes jaillirent.

     

    Sur le pont du Mauritania III avec un brouillard à couper au couteau, Candy essayait de rattraper son étole de soie qui s'était envolée au vent.

    Mais elle fut surprise quand elle crut voir une ombre, et elle demanda:

     

    Chapitre 13 : Le soleil et la Lune

    -Il y a quelqu'un ?

     

    Pas de réponse. L’homme regardait vers l'horizon.

     

    - Albert? Non, c'était impossible, pensa Candy. C'est impossible... Non c'est l'effet du brouillard... Il est blond et lui est brun... Il fait à peu près la même taille mais Albert doit être plus grand.

     

    Chapitre 13 : Le soleil et la Lune

    - Qui est-ce ?

     

    Il pleure... Oh !

     

    Terry se retourna et demanda,

     

    - Qui êtes-vous ? Que me voulez-vous ?

     

    Écoutant son bon cœur et oubliant la possible perte d’Albert, Candy essaya de réconforter le jeune homme .

    Chapitre 13 : Le soleil et la Lune

     

    - Je suis montée sur le pont prendre l’air et j'ai voulu vous parler car vous avez l'air triste et je suis infirmière diplômée de la forêt enchantée.

     

    - Triste? Répond Terry d'un ton désinvolte, Moi j'ai l'air triste ? Mais où avez-vous vu ça ? J'ai l'air triste et vous êtes infirmière diplômée de quoi ? La forêt enchantée, c’est quoi cette connerie ?

     

    Terry éclata de rire et avait l'air de se moquer de Candy.

     

     

    - Je suis certaine de vous avoir vu pleurer, je ne me suis pas trompée et c’est sérieux, la forêt enchantée existe bien!

     

    Terry riait toujours.

     

    - Non, je ne me suis pas trompée, répondit Candy qui ne se laissait pas impressionner par le jeune homme, elle l'avait vu, il pleurait bien l'instant d'avant.

     

    Toujours aussi désinvolte, Terry continua,

     

    - Mais vous avez des visions et votre visage est parsemé de taches de rousseur!

     

    Et plus précisément d'horribles taches de son qui lui rappelaient celles de son horrible demi-frère Adam Louis Victor Philippe IVème du nom.

     

    - Quoi? Répétez pour voir ce que vous dites !

     

    Terry s'approcha du visage et s'arrêta à quelques centimètres d'elle. Il admira son visage, il se demanda qui elle pouvait être,

     

    - Je dis que vous avez le visage parsemé de vilaines taches de son et désolé mais ça ne vous va pas.

     

    - Comment ça? Répliqua Candy, énervée, Mes amis trouvent que ça me va bien...

     

    - Chacun ses goûts! Vous êtes certaine que ce sont de vrais amis?

     

    - Qu'est-ce que vous savez de l'amitié? Je devais me marier aujourd’hui et je n’ai pas besoin de chieur de votre style dans les pattes.

     

    - Votre époux doit avoir de drôles de goûts...

     

    - Je vous interdis de parler de lui et il a très bon goût, c'est un homme très gentil, pas comme vous, jaloux!

     

    - Jaloux, moi? Qu'est-ce que je ne dois pas entendre ? Vous n'avez qu'à dire que je suis jaloux de votre nez.

     

    - Qu'est-ce qu'il a mon nez?

     

    Un homme d'équipage arriva et leur annonça,

     

    - Nous devons retourner au quai car la mer est impraticable et les conditions sont trop dangereuses.

     

    - Au revoir, Taches de son!

     

    - J'espère ne plus jamais vous revoir, espèce de malotru! Dit Candy et elle lui tira la langue.

     

    Candy se demanda où était Albert, s'il était encore en vie ?

     

    Elle questionna un homme d'équipage.

     

    - Où allons-nous?

     

    - Mais Madame, nous rentrons à New York!

     

    - New York ! Qu'est ce  donc ?

     

    L’homme ne l'avait pas entendue.

     

     

     

    Terry fulminait. Ce n’est pas ce soir qu'il pourrait  se confronter son père. Il trouvait ravissante la femme de tout à l'heure et envia un peu son mari .Il s'en voulut d'avoir été si grossier mais étant un homme qui allait se marier, il se dit, de toute façon cette fille, je ne vais jamais la revoir mais enchanté d'avoir fait votre connaissance, Taches de son! Il riait de la manière qu’elle s’était mise en colère oubliant un moment sa propre colère contre son père.

     

    Flanny accompagna l'inconnu au bloc opératoire. Il n’avait heureusement rien de bien grave.

     

    Et Nathalie  lisait potin de tête couronnée trouva un surnom au patient.

     

    - Pourquoi ne pas l'appeler William Spencer Albert ? En hommage au mariage royal de cette année. Flanny, qu'est-ce que tu en penses ?

     

    - Je préférerais faire plus court pourquoi pas William Albert, qui est aussi le nom de mon artiste peintre favori.

    -Depuis quand tu t'y connais en peintre

    -c'est pas sympas ,j'admire ce peintre pour ces natures mortes

    -ça n'étonne pas de toi t'aime les truc macabre

    -non Judith une nature morte représente de objet inanimé et c'est souvent des bouquets de fleurs

     

    C’est ainsi que l'inconnu se fit appeler William Albert et que Candy rencontra Terry.

     

     

    Alistair et Archibald à bord de leur avion essuyaient une tempête. Archibald paniquait à l'arrière.

     

    - Je le savais que j'aurais jamais dû monter à bord de ton engin! Tu es un danger public! Si tu nous ramènes encore en vie je te fabrique la plus belle chemise du monde...

     

    Alistair lui demanda:

     

    - Qu’est-ce que tu racontes, Archie ?

     

    - Rien... Dépose-nous en vie sur la terre ferme, dit Archibald en se cramponnant sur son siège.

     

    - Mais arrête de gesticuler comme un asticot!

     

    Alistair réussit à se déposer en urgence sur la terre ferme. Il se tourna vers son frère,

     

    - Qu'est-ce que tu racontes, Archie, non merci ce n’est pas la peine de te donner tant de mal! Une simple chemise me convient parfaitement!

     

     

    Archie déçu, répondit :

     

    - Bon... Tu auras le droit à une seule fanfreluche mais pas de frous frous. Tu n'y connais rien à la mode.

     

    -Mais ... toi l'empereur du bon style, oui?

     

    - Je te rappelle que j'ai été nommé quatre fois d'affilée Prince de style par Vogue Prince magazine.

     

    - C'est toi qui écrit les articles!

     

    - Non, pas tous...

     

    - La plupart, oui...

     

    - Mais Alistair, où sommes-nous ? Ça ne ressemble en rien à notre royaume! Regarde comment sont habillés les gens... C’est trop horrible, heureusement je suis là pour remettre un peu d'ordre!

     

    - Archibald, essaye de te faire discret et de te fondre dans la masse.

     

    Anthony se trouvait dans une drôle de campagne, la pelouse était verte . Il se demanda comment il avait fait pour se trouver ici. Il alla passé la nuit dans une auberge.

     

    En réalité il se trouvait en Écosse.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :